L’importance de la gestion durable des déchets solides municipaux en Afrique

24/07/2023 News

Le problème du changement climatique

Le continent africain joue un rôle essentiel dans l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. Cette année, le Kenya accueillera le Sommet africain de l’action pour le climat (4–6 septembre), qui réunira les principaux acteurs et dirigeants de l’industrie pour tracer les moyens d’atteindre les principaux objectifs de l’Accord de Paris et de créer un élan avant la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, la COP 28, qui se tiendra à Dubaï (novembre–décembre 2023).

Un examen plus approfondi des priorités et des politiques de l’Afrique en matière de changement climatique montre que l’accent est mis de manière significative sur l’adaptation. Toutefois, la réalisation des objectifs d’adaptation reste difficile en raison des capacités et des ressources financières limitées pour investir dans des secteurs tels que la gestion des déchets solides municipaux. En outre, les émissions de gaz à effet de serre provenant du secteur des déchets solides ne sont pas bien quantifiées dans la région.

Un rapport de la l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère (National Oceanic and Atmospheric Administration) a montré que l’indice annuel d’accumulation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère était de 1,49 en 2021, ce qui indique une augmentation de 49 % de l’influence sur le réchauffement des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine par rapport à 1990. Le dioxyde de carbone est responsable de la majeure partie du déséquilibre thermique total, suivi de près par le méthane. La température annuelle moyenne de l’Afrique a augmenté de 1,7°C au cours des deux dernières décennies, et les experts préviennent que les températures augmenteront probablement plus rapidement que la moyenne mondiale au cours des deux dernières décennies.

Contribution des déchets municipaux solides aux émissions de gaz à effet de serre

Le principal gaz à effet de serre émis par le secteur des déchets est le méthane, un puissant gaz à effet de serre, au moins 28 fois plus efficace que le dioxyde de carbone pour piéger la chaleur atmosphérique. Les déchets solides municipaux sont un émetteur important de méthane dans ce secteur et les pertes et gaspillages alimentaires contribuent de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre.

La plupart des gouvernements africains prennent des mesures pour améliorer l’efficacité de la collecte des déchets municipaux solides et leur élimination dans des décharges désignées, mais l’efficacité de la collecte atteint à peine 55 %. Les décharges sont considérées comme la méthode d’élimination la moins chère et la plus courante, mais elles ont un impact négatif sur l’environnement en raison des émissions de gaz à effet de serre à long terme. À elles seules, les décharges contribuent à hauteur de 3 à 5 % aux émissions globales. Il existe également une opportunité perdue de capturer les émissions de méthane provenant des déchets solides municipaux et de les utiliser comme ressource énergétique.

En Afrique, plus de 90 % des déchets produits sont éliminés dans des décharges non contrôlées, et environ 19 des 50 plus grandes décharges du monde se trouvent en Afrique subsaharienne. En outre, la plupart des villes s’appuient encore sur un urbanisme colonial qui n’a guère amélioré les systèmes de collecte, de traitement et d’élimination des déchets. Par exemple, de nombreuses zones urbaines exploitent encore des décharges à ciel ouvert établies avant l’indépendance.

Une section de la décharge de Mwakirunge à Mombasa, Kenya

Le programme COPIP comme solution

Le coût de l’action climatique est élevé et dépasse les exigences liées à la réalisation des objectifs de développement durable. À cet égard, la Banque européenne d’investissement et d’autres institutions financières ont fondé l’initiative Clean Oceans, qui constitue la base et le cadre du programme COPIP (Clean Oceans Project Identification and Preparation). Les banques se sont engagées à financer jusqu’à 4 milliards d’euros jusqu’en 2025 pour soutenir des projets qui contribuent à la gestion durable des déchets solides municipaux et empêchent le déversement de plastiques dans les océans.

Les projets de COPIP auront un impact significatif sur le climat du fait de la transition de solutions linéaires à des solutions circulaires. Selon According to the l’Africa Waste Outlook, le détournement des déchets des décharges pourrait injecter 8 milliards de dollars supplémentaires dans l’économie africaine chaque année, générer des opportunités socio-économiques pour le continent et minimiser les impacts sur l’environnement et la santé humaine associés à l’élimination inadéquate des déchets. Le programme COPIP s’aligne largement sur les plateformes politiques de haut niveau, notamment la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement et l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement.

07/05/2024 News

Earth Day 2024 – Planet vs. Plastics

26/04/2024 News

Waste segregation in Ghana

03/04/2024 News

Bonne nouvelle : Lancement et remise d’équipement pour le projet pilote de séparation des déchets à la source à Mombasa

22/03/2024 News

World Water Day 2024: Clean Oceans and the ripple effect around Africa

Réunion à Mombasa : 31 janvier

Lancement du programme SWIFT

fr_FR